Aller au contenu

Voyages d’un petit paysan de l’Ain

Rien ne présageait que mon père connaitrait tant de pays différents au cours de son existence.
Ses origines paysannes le destinaient à mener une vie des plus ordinaires dans sa campagne natale mais des circonstances imprévues et exceptionnelles en ont décidé autrement.

Je soupçonnais ce passé d’être très riche en événements dignes d’intérêt mais mon père, comme ma mère, étaient des « taiseux », ils mettaient en pratique l’adage « Moins on en dit, mieux on se porte » surtout avec leurs enfants.
J’étais très intrigué par ce passé qui restait mystérieux pour moi mais comment le raconter avec si peu d’éléments, si peu d’anecdotes de vie et encore moins de récits oraux.
J’ai insisté et j’ai tenté d’interroger mon père sur certaines périodes de sa vie, sur ses parents et à son habitude, je me suis heurté à un refus catégorique.
Pour lui, sa vie ne mériterait pas qu’on s’y intéresse, elle avait été trop banale. Mais, de plus, je pense qu’il ne souhaitait pas évoquer des moments de sa vie sans doute pénibles.

La santé de mon père se dégradant petit à petit, il a dû entrer en maison de retraite, en 2014  – il aura été autonome jusqu’à  89 ans, tout de même.
J’ai pu récupérer tous les papiers et documents qui avaient survécu aux nombreux déménagements effectués par mes parents et parmi eux, des journaux, des carnets de vols aériens, des fiches cartonnées, des lettres dactylographiées et bien d’autres choses, autant de trésors pour moi.
Enfin une partie du voile se levait.
En les analysant, j’allais en savoir plus sur ces périodes de sa vie qu’il taisait obstinément.

Avec les dates et des noms de lieux précis, j’ai pu commencer à faire des recoupements sûrs et certains avec les récits historiques, avec les récits détaillés d’autres anciens comme lui (qui eux avaient raconté des tranches de leur vie) et ainsi, j’ai rassemblé assez de matière à rédiger une série de billets. Chacun racontant une tranche de vie.

L’important pour moi est que j’aurai comblé un manque pesant et j’aurai aussi accompli un devoir de mémoire.

Ainsi, ses petits enfants et ses arrière-petits enfants pourront mieux connaître leur aïeul et il ne restera plus un anonyme, un « invisible », il redeviendra pour eux, une personne ayant vécu une vie pleine de richesses.

Bonne lecture

N’hésitez pas à utiliser le sommaire ci-dessous.
Il vous permettra de naviguer plus facilement et plus rapidement dans ce long récit en douze parties.

Sommaire
PartiesContenu
PrésentationPourquoi un tel récit ? Lire l’article
1ère partie1924-1942 Les jeunes années Lire l’article
2ème partie1942-1945 Les années de guerre (France – Afrique du Nord) Lire l’article
3ème partie1942-1945 Les années de guerre (Etats-Unis – Tyndall) Lire l’article
4ème partie1942-1945 Les années de guerre (Etats-Unis – Denver) Lire l’article
5ème partie1942-1945 Les années de guerre (Washington – histoire de l’insigne des CFPNA) Lire l’article
65ème partie1942-1945 Les années de guerre (Afrique du Nord – Italie) Lire l’article
7ème partie1942-1945 Les années de guerre (Allemagne) Lire l’article
8ème partieJuin 1945- juin 1947 : Fin de la guerre et retour à la vie civile Lire l’article
9ème partie1952-1953 Indochine Lire l’article
10ème partie1953-1956 Instructeur au MarocEn cours d’écriture
11ème partie1957-1960 AEF – Equipage du Haut-CommissaireEn cours d’écriture
12ème partieAprès 1960 – Retour en FranceEn cours d’écriture

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.