Aller au contenu

Histoire d’invisibles

Les invisibles, ces personnages dont nous sommes les héritiers survivants et qui n’ont presque pas laissé de traces dans l’histoire…

Pour parler d’eux, Elise Lenoble utilise ce terme d’invisibles dans son blog Auprès de nos Racines dans son billet 3 étapes pour raconter la vie d’un ancêtre Invisible.
Et cependant, ces invisibles ont une histoire, pourrions-nous la raconter ?

Cela peut paraître difficile mais ce n’est pas insurmontable…et avec les excellents conseils donnés par Elise, je devrais sans doute y arriver !
Trouver une trace plus ou moins fournie de son passé dans les archives, les actes d’état civil ou les registres paroissiaux est réalisable plus ou moins facilement. C’est certes instructif.
Mais que savons-nous de leurs relations, de leur réseau comme nous dirions à notre époque, et que nous savons de son époque, et comment il l’a vécue dans son village ?

Pas grand’ chose, en fait.
Des bribes d’information, quelques dates (celles de leur naissance, de leur mariage, de leur décès), quelques noms des lieux où ils ont vécu, des noms, des prénoms, des surnoms parfois (les leurs, ceux de son épouse, de leurs enfants, ceux de leurs parents, les parents de leur conjoint). Très peu d’informations pour une vie entière, parfois très courte, parfois très longue.

Faire leur généalogie, engendre de la frustration parce qu’ on aimerait pouvoir remettre ces personnages dans le contexte de leur environnement, connaître leur quotidien, leurs préoccupations, leurs joies, leurs épreuves.

Certains de nos anciens ont rédigé, au fil des jours, des livres de raison (les journaux intimes de l’époque) qui racontent des événements familiaux ou historiques. Très peu d’entre-eux nous sont parvenus (1245 recensés aux Archives Nationales et seulement 6 sur le département de l’Ain).
Bien que ces livres puissent aider à se faire une idée plus ou moins juste de leur quotidien, aucun ne concerne mes ancêtres et il y a de très bonnes raisons à cela.

Dans les familles concernées par mes recherches, formées de villageois ruraux et cultivateurs, beaucoup étaient illettrés et peu savaient signer correctement les actes importants de leur nom et encore, seulement à partir de la fin du 18e siècle.
Les longues journées de dur labeur aux champs ne leur laissaient pas beaucoup de temps pour consigner certaines étapes de sa vie et l’occupation leur aurait paru, sans aucun doute, futile au regard de la dureté de leur vie.

De plus, comme le papier et l’encre était très chers à leur époque, l’argent leur aurait donc manqué.
Alors qu’ils aient su écrire ou pas, ne change pas beaucoup le résultat, je ne trouve pas de traces écrites !

A part les bribes de leurs préoccupations qui apparaissent au gré des minutes notariales.
Car si nos ancêtres respectaient le parole donnée après d’âpres discussions et de longs marchandages, ils appréciaient beaucoup le poids donné par les engagements devant un notaire et ce qui étaient leurs préoccupations importantes à leurs yeux, y sont notées par écrit.

Alors il faut chercher et encore chercher :

  • dans les registres notariaux, pour trouver des inventaires après décès, des contrats d’apprentissage, des contrats d’achat de biens meubles ou de biens immobiliers,
  • dans les recensements de population pour connaître la composition des familles qui vivent sous le même toit avec ou sans domestique et leurs déplacements dans le temps,
  • dans les recensements militaires pour connaitre les déplacements générés par un long service sous les drapeaux, occasionnant des déplacements parfois lointains,

en fait, dans tous les documents accessibles par Internet.

Mais, pour donner des touches de vie et pour donner une dimension aux informations trouvées, il faut rechercher aussi dans les publications sur l’environnement social, géographique (livres, blogs, articles de presse de l’époque), etc.. .

Raconter la vie de certains de mes ancêtres « invisibles » est donc réalisable, bien que ce soit un défi.
Au prix de beaucoup de temps, d’organisation et de patience pour procéder étape par étape et arriver au but : une histoire intéressante et documentée qui donne un éclairage sur la vie de cet « invisible » et vous la raconter.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.